Le bilan  

Mission #3

MAX HAVELAAR FRANCE

Mi-mars, cinq mois après notre départ de France, nous finissons tout juste notre troisième mission de solidarité internationale. Revenons sur ces sept dernières semaines au coeur des coopératives thaïlandaises.

 


NOTRE PARTENAIRE – MAX HAVELAAR FRANCE

Max Havelaar France s’occupe, entre autres, de la gestion et du développement du label « Fairtrade/Max Havelaar », autrement dit du label commerce équitable.

Ce label bien connu (que vous avez déjà sûrement aperçu sur votre paquet de café ou de thé), vous garantit que le produit que vous achetez a été cultivé et commercialisé dans le respect de différents critères sociaux, économiques et environnementaux.

Retrouvez la liste complète de ces critères ici.

OBTENTION DU PARTENARIAT

Comme nous l'évoquions dans notre précédent article, nous avons conclu un partenariat avec Max Havelaar France pour la réalisation de deux missions de communication et de mesure d'impact social. La première était en Inde du Nord, la seconde s'est déroulée en Thaïlande

Pour en savoir plus sur l'obtention du partenariat, rendez-vous sur notre article précédent.

Kasorn Insod, professeure et productrice membre de l'une des coopératives fairtrade étudiées

PREPARATION DE LA MISSION

Dès le début des échanges avec Max Havelaar, la demande était claire: il s'agissait d'effectuer une étude d'impact social afin d'étudier les effets de la certification "commerce équitable" sur les producteurs d'une filière ainsi que des supports vidéo.

Pour ce faire, il était important de ne pas se concentrer sur un pays uniquement mais bien de reproduire l'étude dans différents contextes économiques, sociaux et culturels.

Max Havelaar France a souhaité que nous travaillons sur la petite filière du riz équitable. Dès lors, deux pays se sont naturellement imposés: l'Inde pour le riz basmati et la Thaïlande pour le riz jasmin.

Après une mission effectuée en Inde du Nord (retrouvez nos aventures ici), nous nous sommes envolées vers la Thaïlande pour débuter la mission le 29 janvier 2018.

La team (presque au complet) en route pour la première coopérative Fair Trade étudiée située à Ubon Ratchathani, dans l'est de la Thaïlande.

 

ÉTAPE 1 : Rencontre avec les producteurs de la coopérative OJRPG "Organic Jasmine Rice Producer Group"

A peine arrivées à Bangkok, nous avons quitté la capitale pour nous retrouver dix heures de train plus tard dans l'est du pays. C'est dans la province Ubon Ratchathani, à la frontière du Laos que nous avons installé notre camp de base pour la réalisation de la première partie de la mission.

Carte localisant les organisations étudiées lors de notre étude

 

Nous passerons deux semaines et demi dans une petite maison apprêtée par les soins du staff d'OJRPG. Elle se situe au sein même de l'enceinte de la coopérative, quoi de mieux pour s'immerger au coeur des réalités locales!

Les producteurs thaïlandais que nous avons rencontrés sont organisés sous la forme d’une coopérative. Ils se sont regroupés pour créer une structure leur permettant de mieux promouvoir et vendre leurs produits.

 

La coopérative est une forme d’organisation économique un peu particulière puisque la majorité du capital est détenu par ses membres qui sont, ici, à la fois producteurs et propriétaires. La détention du capital par les producteurs leur assure de pouvoir prendre des décisions concernant l’avenir et la gestion de l’entreprise.

 

Dans le cas des coopératives certifiées Fairtrade/Max Havelaar, les producteurs fixent le prix d’achat de leur produit (du producteur à la coopérative) et celui de la vente (de la coopérative aux acheteurs extérieurs) grâce à des organes de décisions et de représentation. Ces prix, pour respecter les conditions du commerce équitable, doivent être supérieurs à ceux en cours sur le marché. Les producteurs bénéficient également d’autres avantages comme la prime de développement pour l'investissement dans des projets communautaires.

 

Nous avons consacré la première semaine de mission à la découverte de la coopérative, de son fonctionnement et à la création de nos outils de collecte de données. Fortes de notre expérience en Inde du Nord avec Max Havelaar France, nous avons pu améliorer le questionnaire et l’adapter aux réalités de la Thaïlande, notamment grâce aux précieux conseils de l’équipe locale. Nous avons également recherché des solutions aux difficultés rencontrées en Inde.

Les fruits de cette semaine de réflexion, de discussions et de tests ne se font pas attendre. Nous la terminons en possession :

  • D’un questionnaire de près de 80 questions interrogeant la situation économique (capacité de production, revenus, niveau de vie…), la situation sociale (accès à des services primaires comme l’éducation ou la santé, la relation homme-femme…) et la durabilité des pratiques des producteurs (gestion de l’eau, de la qualité des sols…).

  • Des échelles imagées pour illustrer certaines de nos questions

  • Deux guides d’entretiens qualitatifs pour des discussions plus approfondies avec les membres du Conseil d’administration de la coopérative et avec une personne chargée des relations avec les clients.

L'équipe visite le site de la coopérative

Exemple d'une des échelles imagées

 

 

Nous entamons ensuite les entretiens avec les producteurs de la coopérative.

Ici, contrairement à l’Inde, nous n’avons presque pas eu à nous déplacer. En effet, les producteurs de cette coopérative se doivent de participer à une formation organisée à la coopérative pendant le mois de février.

 

Au vu du nombre important de producteurs, les sessions sont étalées sur une semaine complète et les producteurs, répartis par zones géographiques, sont invités à des jours différents.

C’est une aubaine pour nous ! Avec l’aide de l’équipe locale et de nos traductrices, nous sommes parvenues dans l’espace d’une semaine et demi à effectuer :

  • 70 entretiens de producteurs de riz jasmin et biologique

  • 3 vidéos de producteurs -traduites en anglais/français-

  • 4 entretiens qualitatifs avec :

    • 1 homme producteur, membre du conseil d’administration et du bureau de la coopérative (secrétaire).

    • 1 homme producteur, membre du conseil d’administration et du bureau de la coopérative (président).

    • 1 entretien avec le responsable chargé des relations avec les clients de la coopérative.

    • 1 entretien avec la salariée chargée des relations avec les clients de la coopérative.

    • 1 femme productrice et membre du conseil d’administration de la coopérative

Les changements dans les groupes étudiés nous ont obligées à revoir l’objectif de cette étude. Il s’agissait maintenant de comparer le groupe de producteurs certifié Max Havelaar depuis longtemps avec celui récemment certifié, dans le but de mettre en évidence la durabilité de l’impact du commerce équitable.

 

Pour cela il fallait rester vigilant et garder à l'esprit que d'autres facteurs pouvaient influencer les réponses des producteurs.

Seeda Pitaksa, productrice de riz jasmin bio

Thong-in Worabood, producteur de riz jasmin bio

Morgane accompagnée de Boom, notre traductrice,conduit un entretien avec un producteur

ÉTAPE 3 : Analyse et rapport final

Après une collecte de données remplie de déjeuners et selfies avec les producteurs, nous avons repris nos chers ordinateurs pour nous concentrer sur l’analyse des données récoltées, la rédaction du rapport final et le montage des vidéos tournées pendant ce séjour.

 

Ce travail nécessitant un environnement paisible et calme, c’est sur Koh Kut, une petite île Thaïlandaise, que l’équipe a jeté l’ancre.

Lors de la mission précédente, nous avions uni « Jeera Cookies et sommet enneigés » pour nous faciliter le travail, cette fois, nous avons opté pour plage et cocotiers!

 

Vu l'ampleur de la tâche à réaliser, les deux semaines initialement prévues pour effectuer ce travail se sont transformées en trois semaines de journées les yeux rivés sur l'écran, heureusement entrecoupées de petits coups d’œil sur ce cadre paradisiaque.

Dernière ligne droite pour l'équipe!

 

BILAN : Merveilleuse expérience et belles rencontres

Cette troisième mission a été très intense d'autant plus que nous l’avons effectuée à trois personnes sur le terrain, la quatrième étant en France.

En effet, Julie, rapatriée pour des raisons de santé début janvier, a donc contribué à la mission à distance. Sa présence nous a manqué sur le terrain, notamment pour la collecte de données.

 

Cependant, comme toujours, nous repartons avec de beaux souvenirs. Nous avons été très bien accueillies par les partenaires locaux et ce fut un plaisir de découvrir les coulisses des coopératives de commerce équitable. Nous avons pu tisser des liens forts avec nos traductrices qui sont rapidement devenues des amis et nous ont, entre autres, invitées à visiter leurs propres fermes bio.

 

Ce fut une mission enrichissante, pleine de surprises et de belles rencontres avec des gens à la fois authentiques et accueillants. Mais comme toutes les belles choses ont une fin, il nous faut aujourd’hui tourner la page de la Thaïlande pour en ouvrir une nouvelle…. Aux Philippines !

L'équipe I FEED GOOD vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures! En attendant; nous allons siroter un jus de coco bien mérité...

Formulaire de contact

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube - Cercle blanc
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle

© 2017 by I FEED GOOD with love.
Retrouvez-nous sur Facebook, Instagram et Lilo !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now